Sotchi

Publié le 8 Février 2014

Sotchi

Les Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi en Russie viennent de s'ouvrir.

Une cérémonie grandiose a eu lieu, qui a su rendre hommage à l'histoire de la Russie y compris l'URSS.

Mais ce qui frappe c'est la véritable hystérie anti-russe qui se déchaîne dans tous les médias.

France2, chaîne publique, choisit pour commenter l'événement Vladimir Féderovski que Alexandre Iakovlev, idéologue de la perestroïka, présentait ainsi dans le Figaro du 26 avril 1996 :

« Il fut un des premiers à rompre avec les habitudes de la caste diplomatique pour s'engager dans la démarche de la perestroïka. Depuis 1985 on se souvient de son visage à la télévision associé au vent de changement. Quand Gorbatchev fit marche en arrière, Fédorovski n'hésita pas à quitter la carrière diplomatique. Je l'ai vu à l'œuvre, lorsqu’il fut porte-parole du "mouvement des réformes démocratiques" dans les jours fatidiques de la résistance au putsch communiste de Moscou en août 1991. »

Un anti-communiste patenté donc qui abreuva les spectateurs français de tous les poncifs anti-communistes ramassés dans les poubelles du" Livre noir du communisme".

Mais ceci n'est qu'un cas parmi tous les autres. C'est bien un véritable déchaînement qui se déploie dans tous les médias télévisuels comme dans la presse écrite.

Chacun sait que notre solidarité va à nos camarades communistes russes et non au régime de Poutine mais nous constatons que c'est bien un véritable discours de guerre froide qui est tenu contre la Russie, en tant que puissance qui, pour une part, mène une politique anti-impérialiste. En Syrie ou en Ukraine la Russie s'oppose à l'impérialisme étasunien et de l'UE. Et c'est cela qui provoque cette propagande grossière contre ce pays.

Comment ne pas voir les deux poids, deux mesures qui caractérisent les réactions de la presse inféodée au capital ? Qui a entendu ces mêmes médias élever la moindre remarque sur les Jeux "Coca-Cola" d'Atlanta ? Sans même parler de l'admiration teintée de jalousie des classes dirigeantes lors des Jeux de Berlin en 1936 organisés par le régime nazi...

Il est évident que cette débauche de calomnies antirusses et -il faut le noter- antisoviétiques a un objectif politique: affaiblir la Russie qui s'oppose à l'hégémonie des impérialismes.

Quelque soient nos propres critiques à l'égard des Jeux Olympiques et de la gangrène que le capitalisme développe dans le sport, quelque soit les contradictions et la nature de classe du régime actuel de la Russie, l'attitude des médias doit être dénoncée et la campagne antirusse et antisoviétique doit cesser.

Rédigé par PRCF 38

Publié dans #International

Repost 0
Commenter cet article