22 mars à Grenoble et antifascisme : notre mise au point

Publié le 21 Mars 2014

22 mars à Grenoble et antifascisme : notre mise au point

Le PRCF exprime sa plus grande réserve au sujet de l'appel à manifester pour le 22 mars d'« antifascistes grenoblois » absolument non identifiés.

Prétendre « proscrire » les signes d’appartenance à des organisations politiques est une attitude inacceptable de division, d'autoritarisme, de monolithisme, de refus de la diversité des antifascistes. Le combat contre le fascisme est un combat politique. A ce titre, vouloir interdire l'expression politique ne peut être que contre-productif.

Par ailleurs, comment ne pas s'interroger de « l'organisation » par un collectif non identifié et sans mot d'ordre clair, et donc ouvert à toutes les récupérations, d'une manifestation alors qu'il existe à Grenoble un collectif militant, ouvert, pluriel divers et démocratique qui a fait la preuve depuis quelques temps déjà de sa capacité à mobiliser les antifascistes, à savoir le collectif Lucide ? Qui plus est, comment ne pas s'interroger sur les conditions de sécurité d'un tel rassemblement (autorisation, service d'ordre, etc.) ?

Face au risque d'affrontement que ce genre de position génère le PRCF demande à ses militants et antifascistes conséquents de ne pas participer à cette manifestation. Les fascistes n'ont jamais réussi à nous faire cacher nos drapeaux en d'autres temps et en d'autres circonstances, ce n'est pas aujourd'hui que nous allons commencer.

Le PRCF s'étonne que certains à Lucide se fassent l’écho de ce genre de manœuvre « apolitique », comme si l'analphabétisme était une vertu.

PRCF 38

21 mars 2014

Rédigé par PRCF 38

Publié dans #Infos Locales

Repost 0
Commenter cet article

Grr 24/03/2014 11:09

"« antifascistes grenoblois » absolument non identifiés",
"attitude inacceptable de division, d'autoritarisme, de monolithisme, de refus de la diversité des antifascistes",
"s'interroger sur les conditions de sécurité d'un tel rassemblement"
etc.
-> le PRCF délire complètement !

prcf 24/03/2014 13:35

En quoi est-ce du délire que d'énoncer des FAITS ?
« antifascistes grenoblois » désolé mais pour nous cela n'est pas identifié.
"attitude inacceptable de division, d'autoritarisme, de monolithisme, de refus de la diversité des antifascistes"; Oui interdire les signes d’appartenance politique c'est bien cela ! De quel droit interdire aux communistes (ou aux autres anti-fascistes) de porter haut leur drapeau ? Mais votre anti-communisme cous aveugle-t-il à ce point que vous ne voyez pas cela ?
"s'interroger sur les conditions de sécurité d'un tel rassemblement" mais oui si vous êtes irresponsables c'est votre problème mais on ne fait pas de telles manifs sans un minimum de précaution. Si vous ne le savez même pas, c'est très triste et doublement inquiétant. Allons essayez d'être un peu sérieux.

Coco 24/03/2014 10:40

Vos arguments se mordent la queue, pas de signes des orgas autre que nous c'est un signe d'apolitisme et sujet à la récupération ? Non justement, c'est pour empêcher de voir des guignols "de gauche" comme vous mais qui porte des drapeaux avec du bleu blanc rouge, grosse blague, vous n'avez rien à faire dans nos manifs.

prcf 24/03/2014 13:25

Les insultes ne sont pas des arguments : rien ne justifie l'interdiction des signes d’appartenance politique? C'est une attitude anti-politique qui rejoins vous savez qui....
Enfin nous nous réclamons du drapeau rouge frappé de la faucille et du marteau ET du drapeau tricolore des Sans-Culottes et de Robespierre. Si cela déplait à certains qui préfèrent abandonner la lutte pour la souveraineté populaire/nationale aux fasciste libre à eux. Notre président Léon Landini, ancien FTP-MOI, a adhéré au Parti communiste français en novembre 1942 à l'âge de 16 ans, avec son père et son frère aîné. Il fait partie des Francs-tireurs et partisans-MOI pendant l'Occupation. Le 12 octobre 1942, il participe au sabotage de la voie ferrée qui relie Saint-Raphaël à Cannes, provoquant le déraillement d'un train de marchandises allemand. Son action dans la résistance se poursuit pendant la guerre, jusqu'à Lyon où, de mai à juillet 1944, ses états de service totalisent une quarantaine de soldats allemands tués, plus de trois cents véhicules allemands détruits et une quarantaine de déraillements, il a également participé à la destruction de plusieurs usines travaillant pour l’occupant.
Arrêté à Lyon le 25 juillet 1944, il a été torturé par Klaus Barbie.
Léon Landini est aujourd'hui président de l'Amicale Carmagnole-Liberté des anciens FTP-MOI, Médaillé de la Résistance, Décoré par l'Union des républiques socialistes soviétiques, Officier de la Légion d'honneur, Grand Mutilé de Guerre (du fait des tortures de la Gestapo).
Alors cher "Coco", qui est le guignol ? Qui n'a pas sa place dans les manifs anti-fascistes? Tes excuses seront les bienvenues.