Journée internationale des femmes

Publié le 8 Mars 2014

Journée internationale des femmes

« Le 8 mars : un jour de rébellion des femmes travailleuses contre l'esclavage de la cuisine » (affiche soviétique de 1932)

La date du 8 mars est retenue par Lénine qui décrète la Journée internationale des femmes le 8 mars 1921, en honneur aux femmes qui manifestèrent les premières le 8 mars 1917 à Petrograd, lors du déclenchement de la révolution russe.

La lutte pour l'émancipation des femmes s'inscrit bien entendu dans la lutte pour l'émancipation humaine. Il reste que cette lutte a ses spécificités, qu'elle est menée d'abord par les femmes.

L'histoire montre que les hommes, même progressistes, ont dû être fortement bousculés par les femmes en lutte pour dépasser leurs préjugés. Y compris au sein de la classe révolutionnaire, y compris dans les organisations révolutionnaires. Et cette lutte continue.

Partout les femmes en lutte sont doublement la cible des forces réactionnaires, cléricales ou fascistes : comme femmes et comme militantes de l'émancipation ouvrière et humaine.

« Prolétaire du prolétaire », selon la belle formule de Marx, la femme prolétaire est doublement exploitée par le capitalisme et par le machisme.

Cantonnées à des rôles subalternes sous prétexte d'une « féminité » a-historique, condamnées à être procréatrices pour certains (comme si Rosa Luxembourg avait besoin de faire des enfants pour être ce qu'elle fut !), enfermées dans des stéréotypes justifiant la domination capitaliste et masculine, les femmes, toutes les femmes, luttent partout dans le monde contre la double exploitation.

Au rythme où la répartition des tâches ménagères évolue depuis 60 ans, il faudrait 900 ans pour parvenir à l'égalité...

Et que dire des salaires, toujours inégaux à qualification égale, de la précarité, qui frappe surtout les femmes comme du harcèlement, de la violence, des différents modes d'enfermement des femmes, visibles ou pas ?

Et que dire devant l'obscurantisme des cléricaux-réactionnaires à l'égard du droit inconditionnel à l'avortement ou de l'homophobie à l'égard des lesbiennes ?

Il n'y a pas que les nazis pour vouer les femmes aux « 3K » : Kinder, Küche und Kirche (« enfants, cuisine et église »).

Bref un long, très long chemin reste à faire pour l'émancipation des femmes. Que ce 8 mars ne soit pas une célébration de plus mais que, comme nous l'a montré Lénine, nous comprenions bien, femmes et hommes, combien ce combat est central.

Honorons ces femmes qui chaque jour dans les usines de Colombie ou du Bangladesh, de France ou d'Ukraine, luttent pour la libération de l'humanité.

AM

8 mars 2014

Rédigé par PRCF 38

Publié dans #International

Repost 0
Commenter cet article