GRÉVE NATIONALE DES AGENTS de la TERRITORIALE CONTRE LES COUPES BUDGÉTAIRES ET GRÉVE NATIONALE DES ENSEIGNANTS CONTRE LA REFORME DES COLLÈGES, deux communiqués du P.R.C.F.

Publié le 17 Septembre 2015

GRÉVE NATIONALE DES AGENTS de la TERRITORIALE CONTRE LES COUPES BUDGÉTAIRES  ET  GRÉVE NATIONALE DES ENSEIGNANTS CONTRE LA REFORME DES COLLÈGES,    deux communiqués du P.R.C.F.

SOLIDARITÉ DU PRCF AVEC LES ENSEIGNANTS EN LUTTE CONTRE LA « RÉFORME » DES COLLÈGES

Ce jeudi 17 septembre, les professeurs du second degré feront grève à l’appel de leurs syndicats majoritaires contre la contre-réforme du collège. Elle complète la casse du premier degré (« réforme des rythmes scolaires », qui municipalise une partie du temps scolaire), celle du lycée (contre-réforme Chatel validée par le PS) et celle de l’Université (loi Fioraso aggravant la réforme Pécresse).

De plus en plus il apparaît que quantitativement (euro-austérité sur l’ensemble des services publics), statutairement (liquidation des libertés pédagogiques des professeurs, mise en concurrence des établissements publics, poids croissant des hiérarchies), idéologiquement (l’école est sommée de collaborer avec le MEDEF, de distiller une version européiste et anticommuniste de l’histoire, de délaisser le contenu scientifique des disciplines pour propager un verbiage pseudo- « citoyen »), qualitativement (affaiblissement de l’enseignement du français, des maths, de la philosophie, des sciences expérimentales, abandon du latin et du grec, « tout-anglais » menaçant l’enseignement pluriel des langues, etc.), l’ Éducation nationale est détruite, dénationalisée, on veut la transformer en garderie pour les enfants des couches populaires tout en rabattant sur l’école privée réservée aux « élites »… et financée par l’Etat !

Cette casse de l’ Éducation nationale va de pair avec la destruction de la nation républicaine que mettent en œuvre, ensemble ou en alternance, les dirigeants « socialistes » et sarkozystes du Parti Maastrichtien Unique : ce sont les mêmes qui désossent le « produire en France » industriel et agricole au nom de « l’économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée », qui installent dans le dos des peuples les « États-Unis d’Europe » (dont le principe a été rejeté en 2005 en même temps que la constitution européenne) et l’ « Union transatlantique » (dit « TAFTA »), qui ferment les yeux sur le passage illégal de filières universitaires entières au tout-anglais transatlantique, qui brisent la République une et indivisible au nom des « grandes régions » à l’allemande, et qui liquident l’école laïque pour dès-instruire et pour dès-éduquer la jeunesse populaire et la nation.

C’est pourquoi, les militants du PRCF seront présents demain dans les manifs enseignantes avec Conseils de Classe et Initiative communiste ! Assez de complaisances syndicales à l’égard de ce gouvernement de combat contre l’école, la nation et le monde du travail ! Ensemble faisons clairement entendre que…

LEUR REFORME DES COLLÈGES, C’EST UN PIÈGE !

POUR RECONSTRUIRE L’ÉCOLE DE LA NATION, IL FAUT COMBATTRE L’EUROPE des PATRONS !

***************************************

SOLIDARITÉ du P.R.C.F. avec la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE EN GRÉVE

Ce jeudi 17 septembre, les agents de la fonction publique territoriale sont appelés à la grève nationale par leurs syndicats représentatifs.

Il s’agit pour eux de dénoncer les terribles coupes budgétaires qu’impliquent le retrait de milliards de subventions d’État aux collectivités territoriales sous prétexte de « réduire la dette publique » (sic) et de « défendre l’euro », et avec lui les satanés « critères de Maastricht » qui constituent le socle de la funeste zone euro-mark.

Ces coupes budgétaires sans précédent entraîneront à la fois des suppressions d’emplois par dizaines de mille, l’affaiblissement dramatique des services publics de proximité (dont ont notamment besoin les couches populaires et moyennes, et plus encore la partie la plus précarisée de la population), la privatisation et la sous-traitance au privé de quantité d’activités aujourd’hui publiques (avec ce que cela comporte de précarisation de l’emploi et de salaires au rabais), l’augmentation inéluctable des impôts locaux pour les couches moyennes alors que le gouvernement annonce des baisses d’impôts en trompe-l’œil au niveau national !

Il s’agit au final de démolir l’acquis démocratique issu des luttes populaires du Moyen Âge, de la Révolution française et de la Commune de Paris, que sont les communes de France ; celles-ci sont à la fois étouffées par les « communautés d’agglomération » et autres « euro-pôles », et privées de moyens par l’Etat qui préfère servir aux marchés financiers les intérêts d’une « dette souveraine » totalement illégitime (l’endettement des Etats a été sciemment provoqué par la mise en place de la Banque centrale européenne, par la relégation au second plan des Banques nationales, par l’interdiction faite aux Etats européens d’emprunter à leur banque nationale, par la fin de la souveraineté monétaire des Etats* et par les politiques d’euro-austérité qui en sont la conséquence nécessaire.

S’il est nécessaire de refuser les conséquences de la funeste « construction » européenne, qui détruit la République sur l’autel des « États-Unis d’Europe » dominés par Berlin, il faut aussi dénoncer sans complaisance les CAUSES du dépeçage actuel de la fonction publique d’État et de la fonction publique territoriale. Contrairement aux directions syndicales euro-complaisantes qui « vendent » le mensonge de l’introuvable « Europe sociale » aux travailleurs en lutte, le P.R.C.F. invite les travailleurs à exiger que la France sorte de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et de ses guerres ruineuses, et du capitalisme par la voie progressiste des nationalisations, de l’extension de la démocratie, de la reconstruction planifiée du « produire en France » et de la coopération internationale affranchie de la funeste « concurrence libre et non faussée » imposée par l’UE

Opposons-nous à 200% à Hollande-Maastricht et à Valls-MEDEF !

Cultivons les convergences de lutte entre la fonction territoriale, la fonction publique d’État (ONF, Éducation nationale, Poste, Équipement, Recherche, Douanes…), la fonction hospitalière, les grands services publics (EDF, SNCF, etc.) et les travailleurs du secteur privé en proie aux délocalisations et au chantage permanent à l’emploi ! Un seul ennemi, le grand capital, son euro et son UE et les partis politiques qui la servent, de Hollande à Sarkozy !

Aucune confiance dans le FN qui a voté l’Acte unique européen en 1986, qui cultive l’ambiguïté sur la sortie de l’UE et de l’euro, qui vomit l’action syndicale et le mouvement ouvrier, et dont le seul rôle est d’opposer les travailleurs selon leur origine ou leur religion supposée !

Cherchons le contact avec les travailleurs privés d’emploi, les retraités, le monde rural, qui ont tous un besoin vital des services publics de proximité !

TOUS A L’ACTION, POUR IMPOSER NOS JUSTES REVENDICATIONS !

Rédigé par PRCF 38

Publié dans #France

Repost 0
Commenter cet article