Communiqué des bibliothécaires en lutte de Grenoble - Mercredi 23 novembre 2016

Publié le 27 Novembre 2016

 
Lors de la dernière campagne des municipales, le PRCF 38 avait averti : les attaques contre les communes avec la création des eurométropoles ainsi que l'euro austérité entreraient en contradiction avec un programme municipal centrée sur une politique populaire et écologique au service des travailleurs et de leur famille à Grenoble ou ailleurs.
Entre l'Union Européenne du Capital et ses ordres de "réformes territoriales" pour créer des euro-métropoles écrasant la démocratie locale pour mieux éloigner le pouvoir de l'influence des travailleurs, entre l'Union Européenne du Capital et ses diktats euroaustéritaire et une politique municipale pour et par la population  il faut choisir.
 
La municipalité EELV et ceux qui la soutienne au PG ont fait leur choix. Refusant de dénoncer les coupes budgétaires imposée par l'Etat en application des ordres données par la Commission Européenne. Imposant l'euro austérité. Et tout en camouflant la casse de pans du services publics municipale (Bibliothèques, service médicaux etc) avec un plan social qui ne dit pas son nom et des coupes budgétaire derrière un appel à la sobriété, la municipalité d'E Piolle ne fait  ainsi que décliner le plan d'austérité imposé par Bruxelles à la France et à ses collectivités locales. 
Alors que la municipalité déploie des efforts pour développer la démocratie participative, celle-ci se révèle être une coquille vide, puisque les décisions (privatisation de l'éclairage public, liquidation de services publics...) sont le résultats des ordres données par le MEDEF sous la menace de Bruxelles et de l'Euro. La souveraineté populaire ce n'est pas de décider uniquement de la position et de la couleur des bacs à fleurs !

Oui pour défendre nos communes, les services publics municipaux et la démocratie locale aussi, il faut briser les chaînes de l'Union Européenne !
 

Le PRCF 38 apporte son soutien au juste combat - auquel il participe -  pour la défense du service public des municipaux de Grenoble et de leurs syndicats de combat avec le soutien des grenobloises et grenoblois.
Il appelle à refuser l'euro austérité à Grenoble comme ailleurs. L'UE du Capital, il faut en sortir pour s'en sortir. A l'occasion de la campagne des élections présidentielles, chacun peut retrouver sur www.initiative-communiste.fr décliné en 10 thématique pour construire tous ensemble une alternative antifasciste populaire de progrès social et écologique pour donner un futur à nos communes, à notre pays et développer la solidarité entre les peuples en europe et dans le monde.

 

Le communiqué des bibliothécaires de Grenoble en lutte :

Austérité : la municipalité verte & rouge s’enfonce dans sa calamité sociale et politique

La Ville de Grenoble a signé mardi 22 novembre 2016 un protocole avec la CFDT et la CFTC.

Ce protocole prévoit l'octroi d'un budget de 600.000€ en 2016, reconductible jusqu'en 2018 (pour le moment) dans le cadre d'un accord avec les 2 syndicats signataires. Ces 2 syndicats accompagneront les agents dans le cadre du plan social [ndlr: 150 suppressions de postes].

Trois postes seront spécialement créés pour cette mission, une enveloppe de 400.000€  est prévue au titre des indemnités de départs volontaires de la fonction publique, et une enveloppe formation de 200.000 €  (augmentation de 18%) est allouée aux agents qui devront se former suite aux restructurations imposées.

La Ville qui est soit disant pieds et poings liés par les baisses de dotations, arrive quand ça l'arrange à trouver de l'argent. Que cesse immédiatement l'argumentaire insupportable du non-choix. Ce protocole est une véritable honte. Nous sommes très en colère car ce protocole s'est construit dans le secret et les chuchotis, sans aucune consultation des agents. Les syndicats signataires (2 sur 5), comme les élus, estiment certainement qu'ils savent mieux que les agents ce qui est bon pour eux et que 4 personnes autour d'une table, c'est bien assez pour du dialogue social.

Par ailleurs, nous apprenons que la municipalité refuse la pétition du collectif d'habitants qui se battent pour le maintien du service de lecture public de proximité, elle ne lui convient pas, et pour cause. La municipalité veut bien de la démocratie participative, mais pour les choses sérieuses, comme les pigeonniers contraceptifs. Pour les futilités, comme les services publics de proximité ou la contestation de ses choix politiques, ni les pétitions, ni les votes des habitants, ni les grèves des agents ne sont jamais suffisamment pertinents. 

Participer à la démocratie de sa ville, c'est bon pour les pigeons, et encore, s'ils veulent bien avaler la pilule de l'austérité.
N'hésitez pas à faire circuler cette information, afin que tout le monde sache que la Ville va reverser les économies faites sur notre service : plus de 600.000 € d'argent public pour "accompagner" la liquidation des services publics.

PS : Ces 600.000€ d'économies dont nous parlons n'ont rien "d'un budget imaginaire d'une bibliothèque" comme le prétend la CFDT dans un récent article, mais correspondent bien aux économies réalisées par la fermeture de 3 bibliothèques et la suppression de 13 postes. Ce chiffre nous a été donné par un élu de la ville et n'a rien d'hypothétique.

Les bibliothécaires de Grenoble en lutte, le 23 novembre 2016.

-notre page Facebook : https://www.facebook.com/Biblioth%C3%A9caires-de-Grenoble-en-lutte-340845656250173/?ref=nf

 

Rédigé par PRCF 38

Publié dans #Infos Locales

Repost 0
Commenter cet article