la lutte continue !

Publié le 12 Mars 2006

après l’évacuation de la Sorbonne par la Gendarmerie mobile de Villepin - Sarkozy LES ETUDIANTS et le MONDE du TRAVAIL EN ONT ASSEZ de ce GOUVERNEMENT MAASTRICHTIEN, FASCISANT et THATCHERIEN ! CONSTRUISONS la RESISTANCE POPULAIRE !





A 4 heures du matin, les argousins du Sire Sarkozy Nagy de Bocsa sont venus à la rescousse du Contrat Patronal d’Esclavage du Sire Galouzeau de Villepin en évacuant à coups de matraque les courageux étudiants qui occupaient un des sites de la Sorbonne. Ils l’ont fait sous les vivats du piteux doyen de la Sorbonne, qui traite les étudiants de « trublions » et d’ « irresponsables », attaque son collègue, le Président de l’Université de Nantes (plus compréhensif envers ses étudiants) et prétend que l’opposition en CPE, qui met en branle des centaines de milliers de jeunes et qui reçoit le soutien de 65% des Français, n’est le fait que de 0,2 % de la jeunesse française.

Une fois de plus, ce gouvernement maastrichtien délégitimé par le 29 mai et par toutes les élections qui se sont succédées depuis 2002, recourt à la brutalité policière et aux arrestations contre le mouvement populaire et la jeunesse en lutte, alors que Chirac s’est fait élire en promettant de défendre les « valeurs républicaines » et de faire barrage à la fascisation du pays. Quelle voie reste-t-il désormais au peuple pour faire entendre sa protestation majoritaire contre le CPE et les mesures maastrichtiennes, alors que les médias privés et d’Etat font campagne nuit et jour contre le « modèle social français », que les états-majors syndicaux sont plus soucieux d’encadrer le mouvement étudiant que de généraliser la grève, que le Parti « social-ouiste » de Hollande et Royal ne propose pas sur le fond autre chose que la droite (voir le contrat proposé par Hollande, avec nouveaux cadeaux aux patrons et dégrèvement des cotisations sociales !)? Quelle ressource reste-t-il au peuple et à la jeunesse face à une « loi » votée dans la presse en violation ouverte de l’opinion publique, de l’opposition unanime des syndicats et du Non du 29 mai, clairement orienté contre l’euro-libéralisme et l’euro-précarité ?

Le PRCF appelle d’abord à la libération immédiate de toutes les personnes interpellées et prises en otage par la police « républicaine » depuis le début du conflit sur le CPE ainsi qu’à la levée des condamnations démesurées qui frappent les militants de la Coordination lycéenne. Ce gouvernement de Maastricht et du MEDEF est seul responsable du blocage de la République par sa politique, tout entière tournée contre l’héritage social et républicain de la France, notamment contre l’oeuvre sociale du CNR et des ministres communistes de 1945-46, droit du travail, comités d’entreprise, conventions collectives, statuts, nationalisations, retraites par répartition, Sécurité sociale…

Le PRCF appelle à riposter en élargissant le mouvement par tous les moyens démocratiques à la disposition du mouvement populaire, sans se laisser impressionner par les illégitimes personnages au pouvoir. Le PRCF invite les enseignants et les universitaires à prendre leurs responsabilités : il serait indécent pour des éducateurs de laisser les jeunes, les lycéens et étudiants, combattre seuls la politique gouvernementale qui brise les franchises universitaires, démolit le statut de la Fonction publique, casse l’Education nationale (loi Fillon, suppressions massives de postes), la Recherche publique, et mène à la destruction des diplômes universitaires nationaux à commencer par le bac.

Les salariés du public et du privé ont le devoir de ne pas laisser leurs enfants lutter seuls. Après avoir cassé la grève des salariés marseillais cet automne à coup de GIGN, après avoir imposé ses mesures liberticides en novembre, le gouvernement sait que s’il parvient à réprimer la jeunesse lycéenne et estudiantine, il aura le champ libre avant 2007 pour sa politique sarko-thatcherienne de « rupture » avec le « modèle social français » : il sait en outre, parce que la dame patronnesse Ségolène Royal vient publiquement de l’en assurer, que le Parti social-ouiste et ses suiveurs de l’euro-gauche plurielle ne remettront pas en cause ses contre-réformes en cas de victoire en 2007.

Il est donc nécessaire que les salariés, les jeunes, tous les républicains se solidarisent activement avec les jeunes en faisant grève le 16 mars, en manifestant massivement les 16 et 18, en multipliant les arrêts de travail, les occupations pacifiques et débrayages dans les entreprises, les services et les quartiers populaires contre cette politique qui assassine la France républicaine pour le seul profit des magnats du CAC 40. Etudiants, salariés rencontrons-nous, appelons ensemble l’action, refusons ensemble, non seulement le CPE et le CNE esclavagistes, mais l’ensemble des contre-réformes maastrichtiennes de l’Union Maastrichtienne Patronale (Sécu, retraites, Gaz de France, loi Fillon, LMD, feu vert aux délocalisations, loi démantelant la Recherche publique, etc.).

Sans céder aux provocations, en ayant soin de développer le mouvement de la manière la plus large, la plus démocratique et la plus pacifique possible, souvenons-nous de notre Première Constitution Républicaine, dite de l’An II, qui proclamait : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour les citoyens le plus sacré des droits et le plus impérieux des devoirs ». Ce gouvernement de Fachozy et de Viv’le’Pin représente les intérêts d’une étroite minorité de privilégiés, alors que, le 29 mai l’a montré, NOUS SOMMES LE PEUPLE ; exploités et futurs exploités, préparons-nous à affronter les mandataires du grand Capital à l’échelle de la nation tout entière, appelons les autres étudiants d’Europe à la solidarité contre l’Europe maastrichtienne de la précarité !




—————————————————————————————————————


 

Rédigé par manessis

Publié dans #France

Repost 0
Commenter cet article

el diablo 12/03/2006 19:34

je vous invite à visiter mon blog et à donner votre avis
http://motsetphotos.over-blog.com
EL DIABLO