APPEL DU 9 mai 2009

Publié le 19 Mai 2009

APPEL DU 9 mai 2009



Élections européennes - 7 juin 2009


Abstention citoyenne ! Boycott militant ! Confirmons notre rejet populaire de l’Europe supranationale, vassalisée, néolibérale, antisociale et atlantiste!




L’Europe supranationale a été préparée pendant la guerre par les services américains et leurs agents dans la Résistance. Il s’agissait de contrer l’alliance entre les gaullistes, les communistes et d’autres républicains, au sein d’un CNR qui ouvrait des perspectives démocratiques, nationales et progressistes dont les dirigeants étatsuniens ne voulaient pas. Dès cette époque, la construction d’une Europe fédérale avait pour but de priver les nations du droit à disposer d’elles-mêmes. Il s’agissait d’ancrer l’hégémonie US sur le monde en développant un processus de vassalisation que renforcera en 1949 la création de l’OTAN.



Malgré l’opposition des communistes, du monde du travail et des forces patriotiques à cette politique, cette soumission euro-atlantique n’a jamais cessé depuis la Libération, en dehors des années où le Général de Gaulle fut à la tête de l’Etat. Quelques personnalités, telles Pierre Mendès France, furent seules capables, au niveau du pouvoir politique, de tenir compte, en dehors de ces années de France libre, de l’intérêt national en ce domaine.



Depuis cette époque, par étapes, l’État européen est construit contre les peuples auxquels il s’agit d’imposer une Europe fédérale des régions, calquée sur le modèle de l’Allemagne et exigée par les dirigeants de celle-ci comme par ceux des USA. L’Union européenne est devenue une véritable prison néolibérale et antisociale, atlantiste et belliciste, dominée par la « concurrence libre et non faussée ». En France, il s’agit prioritairement, de « défaire méthodiquement le programme du CNR », de détruire le tissu démocratique, républicain et laïque du pays, de liquider un siècle de conquêtes sociales et même de s’attaquer au français que de prétendues élites euro américanisées veulent remplacer par le « tout anglais ».



Le caractère antidémocratique de la construction européenne s’est notamment manifesté par l’annulation illégitime, puisque constitutionnellement le souverain est le peuple, du Non majoritaire des Français au TCE le 29 mai 2005, par des parlementaires félons réunis en congrès à Versailles. Ce viol de la démocratie est également confirmé par le refus de l’oligarchie eurocrate de respecter le Non des Néerlandais et des Irlandais, ces derniers se voyant imposer un nouveau référendum. Il est peu probable que les Irlandais se renient. Mais quel que soit leur vote, tous les traités européens, depuis le traité de Rome de 1957, sont rendus caducs, illégaux en terme de Droit international par le Non français. Cette caducité a aussi été confirmée par le Non des Néerlandais, celui des Irlandais et par la décision anglaise de suspendre la ratification du TCE. C’est ce que veulent masquer ceux qui espèrent sauver l’État fédéral européen en construction à travers ces élections européennes.



En effet, le 7 juin 2009, l’élection des eurodéputés exprimera, nous devons en prendre conscience, une négation de la souveraineté populaire déjà exprimée. De manière masquée, les tenants de l’eurodictature voudraient amener les peuples à se renier. À travers ces élections européennes, ils espèrent ressusciter une « Union Européenne » légalement morte, et lui redonner l’apparence du rétablissement de la légalité que la souveraineté populaire a brisée. Le refus citoyen de ce simulacre électoral mettra d’autant mieux en échec cette manœuvre que l’abstention populaire et militante sera massive, comme ce fut le cas en 2004.

Alors que la colère monte dans le peuple et tend à se généraliser, que le mouvement social est en essor, ces élections constituent, encore, une diversion à la seule issue qui vaille : l’offensive de la Résistance sociale, républicaine, patriotique et civique. Une fois détruit définitivement le carcan de l’Europe fédérale, en Europe et dans le monde, les peuples et les nations libres, souverains et égaux pourront construire de nouvelles coopérations débarrassées de toute hégémonie.




Dans ce contexte, le peuple de France peut et doit confirmer son rejet franc et massif de cette Europe dictatoriale en refusant cette parodie démocratique ! Oui, l’abstention des républicains, des progressistes et des patriotes va compter !

 



Signataires :


Les organisations citées comme la plupart des signataires de ce texte sont rassemblées dans l’Arc Républicain de Progrès.




Marcel et Thérèse Baratte   républicains, gaullistes, Comité Valmy

 

Claude Beaulieu           président du Comité Valmy

 

Geneviève Blache        Résistance et renouveau gaulliste

 

Frédérik Brandi             républicain, membre du Comité Valmy

 

Serge Cattet                 syndicaliste Comité Valmy

 

Christophe Chastenet   Gaulliste

 

Robert Clavijo                       écologiste

 

Michel Connangle         communiste

 

Alain Corvez                  Résistance et renouveau gaulliste

 

Thierry Delbos               gaulliste   

 

Alexandre Dorna           républicain, universitaire,  Comité Valmy

 

Georges Gastaud          philosophe, secrétaire du Pôle de Renaissance Communiste en France

 

Claude Gaucherand

 

Paul Génestie               communiste, Comité Valmy

 

Jean Pierre Hemmen    dirigeant du PRCF, fils de fusillé de la Résistance

 

Vincent Flament                   rédacteur en chef d’Initiative Communiste

 

Dr Jacques Lacaze       militant syndicaliste, conseiller municipal de Liévin

 

Annie Lacroix-Riz,      historienne, Paris VII,  militante du PRCF

 

Léon Landini                 ancien FTP de la Main d’œuvre Immigrée, officier de la Légion d’honneur, Médaille de la Résistance, président délégué du PRCF

 

Philippe Lecreux           gaulliste,  Comité Valmy

 

Armand Legay              ancien militant socialiste, Comité Valmy

 

Jean Lévy                   syndicaliste CGT  Comité Valmy

 

Pierre Lévy               journaliste responsable de BRN

 

Antoine Manessis          dirigeant du PRCF

 

Michel Peyret                Ancien Député communiste de la nation  G

 

Marie-Claude Piris        militante laïque et républicaine Comité Valmy

 

Serge Portejoie             communiste, Comité Valmy

 

Pierre Pranchère,          ancien Franc-Tireur et Partisan, ancien membre du  CC du PCF, député honoraire de la nation, ancien eurodéputé, dirigeant du PRCF

 

Jean Claude Ramos     ancien député PS de la nation Comité Valmy     

 

Bernard Robinet            ancien maire adjoint communiste du Havre

Comité Valmy

 

Isabelle Voltaire             syndicaliste, militante laïque et républicaine, Comité Valmy

Rédigé par PRCF Gre

Publié dans #International

Repost 0
Commenter cet article