IDENTITE NATIONALE ?

Publié le 27 Mars 2007

Qui menace « l’identité nationale » ?

« Que je change à jamais celle des travailleurs, ma France… ». Jean Ferrat

Par Georges Hage, Georges Gastaud et Jean-Pierre Hemmen (PRCF)

 

Approfondissant son indécent compagnonnage avec Le Pen, M. Sarkozy de Nagy-Bocsa annonce qu’il créera un « ministère de l’immigration et de l’identité nationale » s’il est élu président de la République. La tâche de ce ministère serait notamment d’aggraver les conditions du regroupement familial.

 

Pour justifier cette nouvelle mesure xénophobe, l’ex-maire de Neuilly, enfant chéri du MEDEF et digne héritier des aristocrates anticommunistes hongrois, prétend qu’il faut « expliquer l’identité nationale » aux étrangers ; il veut aussi imposer aux familles immigrées de « parler correctement français », d’avoir un emploi stable et un loge-ment décent avant même d’avoir posé un pied en France : bref, les immigrés et leur famille doivent débarquer à Marseille ou à Orly en état de parfaite « employabilité » (sic) sans avoir coûté un sou à l’Etat français ni au grand patronat, dont Sarkozy défend l’intérêt égoïste en se drapant dans les plis du drapeau tricolore !

 

Plusieurs associations antiracistes ont relevé les contradictions de ce projet provocateur alors même que Sarkozy a multiplié les lois (et les actes !) xénophobes depuis cinq ans. Mais à notre connaissance aucun des censeurs de Sarkozy n’a mis l’accent sur l’essentiel : l’essence de la proposition sarkozyste consiste en effet à mettre en opposition « l’identité nationale » et l’immigration de manière aussi odieuse qu’absurde !

 

Après les communistes Thorez et Politzer qui durent opposer cette évidence aux « bons Français » pro-nazis des années 30, rappelons que l’identité de la nation française s’est forgée par la fusion d’une multitude de populations venues chercher refuge dans l’hexagone au fil de l’histoire. C’est la Révolution française qui créa la France républicaine sur des base politiques, laïques et démocratiques.

C’est le mouvement révolutionnaire des 19 et 20èmes siècles, d’abord dans sa version bourgeoise démocratique, puis dans sa version prolétarienne et communiste, qui consacra les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité, de laïcité, de solidarité, de progrès social, qui sont au cœur de ce que l’histoire de France porte de plus authentiquement universel.

 Dans la formation de cette identité moderne, Rousseau (Genevois), Marat (Piémontais), les Communards Frankel (Hongrois), Dombrowski (Polonais), Elisabeth Dimitriev (Bulgare), jouèrent un rôle majeur ; tout comme les Francs-Tireurs et Partisans de la Main d’œuvre Immigrée, incarnés par la haute figure de Manouchian, furent le fer de lance de la résistance française armée contre Hitler et Pétain.

 

A l’inverse, de « bons Français de souche », nobles et grands bourgeois, ne cessèrent au cours de l’histoire, de vendre la France aux potentats étrangers pour sauver leur privilèges de classe; ainsi de l’Evêque Cauchon qui livra Jeanne d’Arc au bûcher anglais ; ainsi des Emigrés de Koblentz qui rallièrent l’Europe contre-révolutionnaire coalisée pour étouffer notre 1ère République ; ainsi d’Adolphe Thiers et de ses bons bourgeois de Versailles, qui pactisèrent avec Bismarck pour écraser la Commune ; ainsi des Maîtres de forge et autres « munichois » des années 30 qui s’exclamaient plutôt Hitler que le Front populaire… avant de collaborer avec le Reich pour traquer les « judéo-bolchéviks » !

 

Aujourd’hui, les actionnaires du CAC 40 délocalisent massivement notre industrie ; par gouvernement inter-posé, ils détruisent les services publics et d’autres conquêtes de la Résistance ; c’est le Baron Seillière qui, devenu président du patronat européen, veut (en France même !) imposer l’anglais comme unique « langue unique des affaires et de l’entreprise » avec la complicité de l’Union Européenne. Ce sont les patrons d’Alcatel et d’Air « France » (sic) qui imposent le « tout anglais » dans leurs sièges parisiens pendant que Gallois désosse Airbus au nom du plan « Power » 8. C’est Hallyday, le grand ami « people » de Sarko qui renie la France pour planquer ses milliards en Suisse ou à Monaco !

 

Quant au « patriote » Sarko, qui dit défendre « l’identité française » contre les immigrés, il affiche cyniquement sa volonté de « rupture avec le modèle social français » ; le même défenseur des « valeurs françaises » claironne sa volonté d’en finir avec la loi laïque de 1905 séparant l’Eglise de l’Etat. En fait, la seule « identité française » qui plaise à l’apprenti-dictateur de l’UMP, c’est le colonialisme, dont le’UMP prétendait encore tout récemment imposer une lecture positive aux professeurs d’histoire ! C’est le même Sarkozy qui file à Washington faire allégeance aux guerres US passées, présentes et à venir ! C’est encore et toujours Sarkozy, aidé par l’UDF et par le PS maastrichtien, qui veut faire passer en force la constitution européenne en contournant le vote souverain du 29 mai 2005 !

 

Bien entendu, il ne faut pas compter sur Sarkozy pour rappeler à l’ordre ce PDG « français » qui ose déclarer : « la France a un handicap, sa langue ». Car Sarkozy n’aura jamais un mot contre les « immigrés » de SA CLASSE

, ces riches oisifs d’Europe du nord qui, du Limousin à la Côte-d’Azur, font main basse sur des villages entiers, « explosent » le prix de l’immobilier et rendent des régions françaises inabordables à l’« indigène » de base. Car Sarkozy ne vise pas « l’étranger » en général, mais seulement l’OUVRIER immigré et sa famille ; à travers ce dernier, toute la classe ouvrière est ciblée : car plus forte sera la pression sur l’ouvrier étranger, plus pesante sera la dictature patronale sur le pouvoir d’achat, les conditions de travail et la dignité de TOUS les salariés !

 

Gageons que Sarko n’éprouvera pas non plus le besoin d’enseigner « l’identité française » aux immigrés venus de l’Est : circulaire Bolkestein oblige, la « Franceurope d’en haut » se gardera bien d’enseigner le français et d’expliquer le code du travail français aux travailleurs des ex-pays socialistes, où la contre-révolution a détruit l’industrie socialiste et contraint les demandeurs d’emploi à un exil massif ! On le voit, Sarkozy se rit de « l’identité française », ce qu’il veut encore et toujours, c’est augmenter sans fin les profits du grand patronat !

 

En fait d’« identité », Sarko est l’ennemi le plus résolu de l’héritage républicain de la nation ; il est en cela le reflet fidèle de sa caste, l’oligarchie financière, qui désintègre la France pour intégrer l’Empire européen du capital. Mais pour liquider la France républicaine qui leur résiste (29 mai 2005, lutte anti-CPE…), Sarko et l’UMP ont besoin de DIVISER les travailleurs en excitant l’immonde racisme.

 

Eh bien nous, militants franchement communistes qui assumons la France progressiste des Sans-Culotte et autres Communards, c’est avec les travailleurs immigrés que nous défendons la nation française issue des Lumières, de 1789, 1936, 45 et de Mai 68. Jamais nous n’abandonnerons la Marseillaise, sœur jumelle de l’Internationale, à Le Pen et à l’UMP, ce parti anti-ouvrier et antinational en voie de fascisation rapide.

 

Car un travailleur africain qui manie le marteau piqueur sur nos routes, un écrivain américain qui obtient le Goncourt en écrivant en français, une lycéenne d’origine mahgrébine qui étudie Descartes dans un lycée laïque, méritent mille fois plus de la France républicaine qu’un manager « français » qui rédige en anglais un ordre de délocalisation, qu’un chanteur américanisé qui renie son public pour planquer ses milliards… ou qu’un ministre de l’Intérieur-candidat qui abuse de ses fonctions officielles pour mener campagne aux frais du contribuable !

 

Pour le PRCF

Georges Hage, député, doyen de l’Assemblée nationale- Georges Gastaud, philosophe, auteur de Lettre ouverte aux ‘bons Français’ qui assassinent la France-- philosophe, auteur de- Jean-Pierre Hemmen, co-président du PRCF, fils de Fusillé de la Résistance- co-président du PRCF, fils de Fusillé de la Résistance- Léon Landini, co-président du PRCF, a. Franc-Tireur et Partisan de la Main d’œuvre Immigrée, Officier de la Lég. d’honneur pour actes de Résistance. co-président du PRCF, a. , Officier de la Lég. d’honneur pour actes de Résistance. Annie Lacroix-Riz, historienne, auteur de Le choix de la défaite..historienne, auteur de ..

philosophe, auteur de- co-président du PRCF, fils de Fusillé de la Résistance- co-président du PRCF, a. , Officier de la Lég. d’honneur pour actes de Résistance. historienne, auteur de ..

philosophe, auteur de- co-président du PRCF, fils de Fusillé de la Résistance- co-président du PRCF, a. , Officier de la Lég. d’honneur pour actes de Résistance. historienne, auteur de ..

Rédigé par PRCF

Publié dans #France

Repost 0
Commenter cet article