DROITE POPULAIRE : UN CHEVAL DE TROIE.

Publié le 4 Octobre 2011

La « Droite Populaire » est l’aile droite de l’UMP.


Elle a une fonction : ratisser les voix du FN au profit de Sarkozy.


Alors pour ce faire les députés de la Droite dites Populaire-aller savoir pourquoi !- adoptent un programme qui ressemble à s’y méprendre à celui du FN. En moins jusqu’au boutiste mais tout de même il faut se rapprocher de l’original....


Outre que la méthode qui consiste à vouloir lutter contre un parti en reprenant ses thèmes est étrange intellectuellement, il nous faut voir à quoi sert vraiment ce dispositif sarkozien. Et nous pensons qu’il agit comme le Cheval de Troie.

 Au lieu d’affaiblir le FN, la Droite populaire cautionne les idées fascistes. 

Au lieu d’attirer les électeurs du FN vers l’UMP on prépare la collusion programmatique de la droite et de son extrême.

 Au lieu de lutter contre les idées du FN on pille et copie son projet ce qui a pour résultat de rendre incompréhensible tout ostracisme à l’égard du FN. 

Bref la Droite populaire est bien, objectivement, le Cheval de Troie du FN au sein de l’UMP en faisant pénétrer en son sein idées et programmes des néo-fascistes.


L’histoire nous montre avec évidence que les victoires fascistes furent toujours obtenues en alliance avec la droite. Et « tel est pris qui croyait prendre »....


Ce processus de reculs et de mimétisme entre droite et néo-fascisme est un des aspects de ce que nous appelons la fascisation et la gravité du phénomène n’est pas encore perçue à sa juste dimension.

 

http://a7.idata.over-blog.com/570x429/2/88/17/40/mendiant-photo-5/La-droite-populaire-jpg-copie-1.jpg

 

AM  1er OCT. 2011

Rédigé par PRCF 38

Publié dans #France

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Frédéric Maurin 04/10/2011 22:08



Cheval de troie? Pour remonter plus loin dans le temps, je pensais au chaînon manquant.


Voir la conclusion de cette tribune :


http://rupturetranquille.over-blog.com/article-vers-une-conjonction-front-national-ump-70438985.html


qui disait :


 


Si le PS ne rompt pas avec la politique de supplétif qui a été la sienne quand il a voté le traité de Lisbonne,
son candidat pourra bien l’emporter en 2012, mais il offrira un boulevard à la conjonction dès aujourd’hui probable du Front national et d’une droite rejetée dans l’opposition, et cela dès les
élections municipales, régionales et départementales de 2014. En s’emparant des leviers de l’action locale, l’extrême droite s’approcherait alors du pouvoir de l’Etat. La France, pour le coup, en
sortirait défigurée !