Réponse à l'appel à soutenir E. Dang Tran

Publié le 13 Mai 2011

RÉPONSE AUX CAMARADES QUI SOUTIENNENT

LA CANDIDATURE D ’E. DANG TRAN.

 

83999.jpg

 

Chers camarades,

 

Tout d’abord permettez nous une considération d’ordre générale sur la méthode qui consiste à croire que le PCF peut être remis « sur les rails de la lutte des classes ».

Comment vous qui comprenez que l’UE ne peut pas devenir « sociale », comment vous qui comprenez que le capitalisme ne peut pas devenir »humain », comment continuez vous à dire qu’un parti politique(le PCF) réformiste peut redevenir révolutionnaire parce qu’une minorité en son sein le souhaite ? L’histoire a déjà tranché ce débat avec les minorités plus ou moins révolutionnaire au sein du PS : toujours récupérées, absorbées, après avoir servi d’alibi au réformisme. Ne devriez vous pas  comprendre que la mutation réformiste du PCF est achevée avec, symboliquement et politiquement, un Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, devenu président du PGE qui défend désormais avec acharnement, aidé par son ami Francis Wurtz, la monnaie unique, cette arme de destruction massive du pouvoir d’achat, de l’emploi ouvrier, des acquis sociaux, des services publics et de l’indépendance nationale ?!


Comprendre que la rupture entre réformistes et révolutionnaires doit être menée jusqu’au bout comme à Tours en 1920 et qui plus est non seulement entre les minoritaires communistes du PCF et les réformistes mais entre TOUS les communistes, à l’intérieur  comme à l’extérieur du PCF. D’autant que ce sont ceux-là qui ont maintenu contre vents et marées, malgré la censure et la répression du PCF, une voix communiste, une organisation communiste, une presse communiste, une stratégie communiste, bref une présence politique communiste nationale et internationale du communisme de France.


 


Analysons maintenant les 3 axes stratégiques que vous soumettez à la réflexion pour « une autre ligne ».

 


1-     Vous refusez tout programme commun avec la social-démocratie et la participation à un gouvernement commun, cela contrairement à la ligne du PCF et à la stratégie du Front de Gauche.

Or vous savez que cette ligne alternative n’a aucune chance au sein du PCF ; Ce parti, dont le délestage idéologique officiel a commencé en 1976 (22ème congrès, abandon de la dictature du prolétariat, 23ème congrès, abandon du marxisme-léninisme et de l’internationalisme prolétarien, 28ème congrès, abandon du centralisme démocratique, de la référence au socialisme et à la classe ouvrière…), a muté irrémédiablement et entretenir ainsi que vous le faites des illusions que la majorité des travailleurs a perdu, après que le PCF ait cautionné les gouvernements Mitterrand et Jospin et accepté l’élargissement européen de 1999, est finalement démobilisateur, découragent et même mystificateur. Que penserions nous de militants communistes qui en 1925 ou 1930 auraient proclamé la possibilité de remettre la SFIO « sur les rails de la lutte des classes » ? Et encore la SFIO n’avait pas abandonné « la dictature du prolétariat »depuis 30 ans....Et Blum n’était pas le chef de l’internationale réformiste contrairement à Pierre Laurent, président du très réformiste, opportuniste et anti-communiste Parti de la Gauche Européenne.

 


2-     L’attitude à l’égard de l’UE est en effet une pierre de touche de la différence entre entre réformistes et révolutionnaires. Nous, militants du PRCF, qui sommes avec fierté les premiers (politiquement et chronologiquement) à avoir porté cette analyse de l’UE et à avoir affirmé la nécessité de sortir de l’UE et d’analyser celle-ci comme un outil , une arme de destruction massive des acquis populaires aux mains du Capital et cela de façon constitutive, et donc de dénoncer le discours mensonger de l’ "Europe sociale ", nous ne pouvons que vous féliciter de cette prise de position. Mais il n’y a pas que Mélanchon qui soit maastrichtien...la direction du PCF l’est au moins tout autant comme le montre le vibrant plaidoyer pour l’euro de Francis Wurtz dans le dernier Huma-Dimanche ! Et c’est ce parti là que vous prétendez remettre sur les « rails de la lutte des classes » ? Ne serait-il pas opportun de faire une analyse de classe de ce qu’est devenu aujourd’hui l’appareil du PCF ? Dans un grand nombre de département, il dépend entièrement des alliances avec le PS, notamment dans les régions et les grandes mairies et son enracinement dans le PGE lui interdit tout virage à gauche sérieux, qui signifierait son exclusion immédiate de cet appendice de l’Internationale socialiste.

 


3-      Vous prétendez enfin qu’il ne peut y avoir de « rassemblement utile contre le capitalisme dans l’effacement du PCF, de sa théorie et de sa forme d’organisation ». Là, chers camarades, vous exagérez. Car il se trouve, qui et comment ne pas le constater, que le PCF armé de la théorie marxiste et léniniste et de l’organisation de type communiste, N’EXISTE PLUS, bien que les fondateurs du PRCF (alors alliés à la Fédération du Pas-de-Calais et soutenus par Georges Hage) aient tout fait, dans les années 90 et au début des années 2000 pour rassembler l’opposition de gauche interne dans le PCF, sans toujours bénéficier alors du soutien de ceux qui aujourd’hui se présentent comme les champions de la contestation de gauche ! Et cela depuis 20 ou 30 ans au moins ! Ainsi présenter comme vous le faites une « candidature PCF » ne veut RIEN dire si le PCF marxiste –léniniste a cessé d’exister. Soyons clair : une « candidature PCF » n’est plus, n’est pas une candidature COMMUNISTE.

 

 


Une candidature, et surtout une action communiste sont cependant  possibles : il faut pour cela rassembler les communistes du dehors et du dedans, tous les communistes et élaborer des propositions communistes, un contenu communiste. C’est ce que propose sans relâche le PRCF depuis sa fondation sans jamais hélas avoir été ne serait-ce qu’entendu par E. Dang-Tran qui fait un préalable de l’appartenance formelle au PCF pour engager l’action commune. Sans cela on est au mieux des naïfs impuissants, au pire des semeurs de confusion, sectaires, refusant l’action commune de tous les communistes pour des raisons connues uniquement de ceux qui avec arrogance et sans argumenter nient l’indispensable unité d’action des vrais communistes comme, il faut bien dire les choses avec franchise devant les travailleurs et devant les communistes, certains dirigeants de Paris-15° s’en sont fait une spécialité, contrairement à d’autres camarades membres du PCF qui agissent avec nous et dont certains sont même membres du PRCF.

 

La véritable issue, ce n’est pas de reculer de congrès en congrès le regroupement des vrais communistes dans l’action, leur intervention unie et indépendante de la direction du PCF, leur préparation commune d’une séparation organisationnelle entre les liquidateurs réformistes et les révolutionnaires (qui fut le contenu principal du congrès de Tours) : alors que notre pays se meurt étranglé par l’Europe, que le FN est promu par les médias et qu’il gagne dans la classe ouvrière faute de travail politique commun des vrais communistes, ce qu’attendent tous les communistes proches des aspirations populaires, c’est que le TABOU posé par E. Dang-Tran et par d’autres dirigeants « internes » du PCF contre l’action commune entre militants « de l’intérieur » et militants « de l’extérieur » du PCF, soit enfin levé. Et non pas qu’on exige de militants qui ont dû s’organiser à l’extérieur du PCF après des dizaines d’années de militantisme PCF (quand ils n’en ont pas été exclus de fait), se rallient à la candidature d’un homme providentiel qui d’ordinaire, refuse de débattre et d’agir en commun sur quelque sujet que ce soit, qu’il s’agisse de l’euro, de la guerre, des retraites, de la criminalisation du communisme, de la défense de Cuba socialiste, de la sortie de l’UE, etc.

 

 


Voila, chers camarades, ce que nous inspire ce texte de candidature de Dang Tran. Comme Gérin ou Chassaigne, il n’y a pas, dans ces candidatures, l’ombre d’une rupture autre que verbale avec le réformisme liquidateur des mutants parce que ce qui est mis en avant faussement, ce n’est pas le regroupement des communistes sur l’idéal révolutionnaire et sur l’action commune mais l’appartenance au même parti que Wurtz et Buffet, ces partisans de l’UE et de l’euro, comme si avoir la même carte que les réformistes comptait plus que se battre ensemble du même côté de la barricade. De telles candidatures, hélas, ressemblent davantage à un positionnement à l’intérieur d’un parti qui a rompu tout lien avec le communisme.

Pour une perspective d’avenir dynamique et combattive il faut UNIR TOUS les communistes et un programme au CONTENU communiste. C’est à quoi travaillera le Prcf dans la perspective de sa conférence nationale, car la tradition communiste ne consiste pas à s’unir derrière un « sauveur suprême » auto-proclamé, mais à décider COLLECTIVEMENT et UNITAIREMENT  d’un programme puis à décider ensemble d’une candidature. Mais il est peu probable que votre candidat, qui a toujours rejeté l’action commune avec le PRCF.


Rien d’impossible si on abandonne les attitudes sectaires, l’esprit boutiquier, les auto-proclamations dépourvues de toute légitimité et que l’on travaille exclusivement avec courage au dépassement de nos différences pour faire de cette échéance un moment de la renaissance d’un vrai Parti Communiste de France. Soyez certains que nous sommes prêts à tout faire pour y parvenir dans le respect et des militants et de nos principes. La question vous est d’ailleurs posée : si, comme il est hautement probable étant donné son attitude constante, la direction du PCF décide d’introniser Mélenchon pour aller vers « die Linke » à la française, resterez-vous sur la même ligne consistant d’attendre de congrès en congrès que le PCF se redresse pendant que la France des travailleurs se meurt, ou soutiendrez-vous l’idée, avec la section du 15ème si elle le souhaite, d’une grande rencontre nationale des vrais communistes pour continuer le combat communiste SANS les liquidateurs mutants qui dirigent le parti « euroconstructif » actuel et pour préparer ensemble la renaissance du vrai parti communiste ?

 


 

Recevez, chers camarades, nos fraternelles salutations.



 

Antoine Manessis, responsable du PRCF 38.

Rédigé par PRCF 38

Publié dans #France

Repost 0
Commenter cet article