Drones

Publié le 13 Août 2013

Drones

Chaque semaine on peut entendre ou lire que le gouvernement des États-Unis a tué cinq ou deux ou trois personnes par drones interposés dans des pays souverains ou censés l’être.

Ces personnes abattues sont considérées comme « terroristes » et, sans aucun doute, certaines d'entre elles le sont.

Bien entendu personne - même pas le Pentagone - ne nie les fameux « dommages collatéraux » (un mariage décimé à la place d'une cellule d'Al Quaïda, etc.). Mais que voulez-vous, ma bonne dame, c'est la guerre.

Bien, admettons le bien-fondé de ces choses.

Maintenant imaginons Cuba faisant de même : un drone expédié par La Havane vers Boston ou Mexico pour tuer des terroristes anti-cubains. Certes un baptême méthodiste pourrait payer les pots cassés ou une fête à proximité des anticastristes... Mais la guerre, c'est la guerre....

Continuez d'imaginer les réactions de nos médias. De nos gouvernements. De nos grands partis... Tous dénonceraient les assassinats ignobles et mettraient en place des mesures de rétorsion drastiques.

Contre les États-Unis et leurs assassinats plus ou moins bien « ciblés » : rien.

Pourtant chaque semaine une « kill list » (la liste des cibles, des futures assassinés) est signée par le Prix Nobel de la Paix (le plus ridicule de l'histoire pourtant cocasse de cette distinction) : le Président Obama. Personnellement.

Ainsi va l'idéologie dominante « selon que vous serez puissant ou misérable... »

Mais on n'est pas obligé d'être d'accord...

A.M

9/08/13.

Rédigé par PRCF 38

Publié dans #International

Repost 0
Commenter cet article