La direction du PCF et les municipales

Publié le 25 Septembre 2013

La direction du PCF et les municipales

« Vous avez voulu éviter le guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre ».

C'est par ces mots que Churchill stigmatisait les « munichois ».

Et toute proportion gardée, quant au contexte historique, c'est ainsi que l'on pourrait s'adresser aux dirigeants du PCF-PGE.

En effet, comment expliquer les alliances du PCF avec le PS aux prochaines élections municipales ?

Voilà un parti, le PS, qui non seulement démolit pierre par pierre - certes avec habileté mais avec détermination - les conquêtes sociales qui résistent encore au tsunami de la crise du capitalisme et de la réponse capitaliste à cette crise (faire payer le travail !) mais se lance, en pointe qui plus est, dans des aventures guerrières, avec un Hollande et un Fabius ridicules fous du Roi américain.

Le Ministre de l’Économie et des Finances, Pierre Moscovici, va se prosterner, se prostituer devant le MEDEF sous les acclamations des grands patrons.

Le Ministre de l'Intérieur expulse, criminalise et pourchasse des femmes et des hommes qui, chassés par la misère, la faim, les guerres, sont venus clandestinement dans notre pays.

La Ministre de la Justice tente, en vain, de faire croire qu'il y a des actions de « gauche » dans ce gouvernement, alors que la réduction drastique des moyens financiers annihile les velléités des annonces publicitaires de la Garde des Sceaux.

Le Ministre des Affaires Étrangères souffle depuis des mois sur les braises en Syrie, dégradant notre pays au rang de caniche en chef de l'impérialisme yankee.

Sans parler, par charité, du fringant Arnaud Montebourg qui confond relance de l'industrie nationale et port de la marinière.

Et comment oublier la Ministre de l'Enseignement Supérieur, Madame Fioraso, la Quisling de la langue française et de l'Université, qui non contente de poursuivre l'œuvre de privatisation-démolition de notre Université en rajoute en s'attaquant au français dans ce qui devrait être une enceinte sacrée pour notre langue et donc pour notre peuple.

Il serait fastidieux de poursuivre la sombre litanie des noms, des pompes et des œuvres de ces « ministres intègres » à l'image du précédent Ministre du Budget... Notre question est : que pensent, que disent, que veulent, qu’espèrent les militants du PCF quand ils voient que leurs chefs cherchent à s'allier dans moult villes avec ces gens-là ? C'est une vague d'indignation qui devrait les soulever et non cette désespérante et désespérée apathie que nous constatons.

Nous ne sommes pas naïfs ni maximalistes. Nous connaissons les avantages et les moyens que donnent les municipalités quand elles sont entre de bonnes mains... Mais la question politique qui se pose c'est pour quoi faire ? Éviter l'effondrement d'un parti déjà effondré, sauver un appareil obsolète, inutile, voire nuisible aux travailleurs, gangréné par un gestionnarisme sans perspective politique ? Mais, Camarades, ça ne marche pas ! C'est une peau de chagrin qui rétrécit à chaque élection parce que sans contenu politique, sans courage politique.

Ce qui a permis la conquête des mairies et l'enracinement des municipalités ouvrières et démocratiques c'est un travail politique, des positions politiques, une pratique politique COMMUNISTES, pas seulement une bonne gestion (il y a de bons gestionnaires maires de droite !). Donc s'allier avec le PS est un message politique totalement improductif car les masses savent quelle est l'action néfaste, l'action de classe en faveur du capital du PS. Qui espérez-vous tromper ? Garder l'accès à une photocopieuse ou à une voiture de fonction, cela vaut-il de vendre son âme, si toutefois celle-ci existe ?

« Sauve qui peut ! » n'a jamais servi de mot d'ordre de combat.

Sans compter qu'on ne sauve rien. Regardez Saint-Denis : déjà les loups du PS se lèchent les babines... Et que dit la direction du PCF ? C'est « un positionnement personnel d'un candidat socialiste ». Ah oui ? Alors comment expliquer qu'à chaque coup le PS dévore des morceaux entiers de la carcasse ? La soumission et l’avilissement ne protègent de rien. Échirolles, Saint Martin d'Hères ou Fontaine sont menacés par qui ?

Vous perdez votre honneur et vous perdrez les villes.

ARIS

Rédigé par PRCF 38

Publié dans #France

Repost 0
Commenter cet article