Pas de PRCF à la fête du TA !

Publié le 26 Mai 2009

          

 

 

LE PRCF INTERDIT A LA FETE DU « TRAVAILLEUR ALPIN » !

 



Présent
à la Fête de l’Humanité à la Courneuve depuis des années, présent à la Fête de l’Huma Rhône-Alpes à Lyon, le Pôle de Renaissance Communiste en France est interdit à la Fête du « Travailleur Alpin ».

 


Pourquoi ?

 

A chaque communiste de s’interroger et de trouver la réponse.

A chaque démocrate de s’interroger sur des méthodes d’un passé dont cetains conservent le pire pour mieux renier le meilleur.

A chaque camarade de s’interroger si le succés du stand du PRCF le 1er mai, tenu entre autres par sept jeunes et où les discussions et débats ouverts et fraternels ont débouché sur de fructueux contacts, n’est pas lié à cette oukase.

A chacun de se demander si la rencontre régionale de militants du PRCF de l’Isère et du Rhône et de la Coordination communiste de Haute Savoie à Grenoble en mai n’a pas pesé dans cette décision ô combien révélatrice d’une certaine nervosité.

Pour empêcher la libre expression des vrais communistes on a recours à l’interdicion.

Avouons que nous n’attendions pas une aussi belle démonstration de faiblesse.

Mais pour ceux qui ont connu la « Fête du TA » à Uriage, par exemple, et qui constate à quoi elle est réduite aujourd’hui, on peut comprendre que ceux qui sont comptables de ce bilan brillant préférent la censure des militants franchement communistes….

 

L’honnêteté nous contraint à donner la raison officielle, donnée au téléphone : nous serions d’abominables « staliniens ». Mangeurs d’enfants sans doute comme le disent le bien connu militant des Droits de l’Homme Berlusconi, ou Stéphane Courtois, auteur de l’immortel « Livre noir du communisme » ou tous les « anti-totalitaires » qui amalgament les vainqueurs de Stalingrad et les hordes hitlériennes.

Et pourquoi sommes nous des « staliniens » ?

Parce que nous proposons une pétition contre la criminalisation du communisme par l’UE du capital qui veut créer une « Journée des victimes du stalinisme et du nazisme ».




Pétition signée, parmis des centaines d’autres, par les « staliniens » suivant :

 


Léon Landini
, officier de la Légion d’Honneur, médaille de la Résistance, grand mutilé de guerre, ancien officier FTP-MOI ;

Georges Hage, député honoraire, ancien doyen de l’assemblée nationale (59) ;

Jean-Pierre Hemmen, fils de Jean Hemmen brigadiste d’Espagne et commandant FTP fusillé au Mont-Valérien ;

Pierre Pranchère, anc. FTP, anc. député de la Corrèze – 1956-58, 1973-78, député honoraire au P.E, anc. conseiller général et anc. vice-président du conseil régional du Limousin (19) ;

Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF, philosophe (62) ;

Vincent Flament, responsable du CISC (59) ;

Arsène Tchakarian, FTP-MOI groupe Manouchian, chevalier de la légion d’honneur, médaille de la Résistance (94) ;

Anne Valade-Raze, professeur honoraire, famille de résistants, père mort en déportation, parente de quatre suppliciés par pendaison, le 9 juin 1944 ; à Tulle ;

Désiré Marle, président du CISC ;

.Henri Alleg, journaliste, ancien directeur d’Alger Républicain et Gilberte Salem

Comité Internationaliste de Solidarité de Classe (CISC) ;

Michel Lagrafeuille, FTP de Corrèze, frère d’André Lagrafeuille, fusillé par la gestapo française, le 2 avril 1944, à la prison de Tulle ;

Jean-Jacques Candelier, député communiste du Nord (59) ;

Annie Lacroix-Riz, historienne à l’Université Diderot,Paris.

Lucienne Georges, résistante, agent de liaison FTP à 16 ans, attachée à l’état-major de Rol-Tanguy en 1944, croix du combattant volontaire de la Résistance, conseillère municipale de Savigny-sur-Orge (91) ;

Jean Estivils, professeur d’histoire, conseiller municipal de Savigny-sur-Orge, fils de déporté mort à Dachau, neveu de Célestin Allonso de l’Affiche Rouge Manouchian (91) ;

Narcisse Falguera, président national des guérilleros, Prades (66) ;

Raymond Boiraud, fils de Louis Boiraud, brigadiste tombé, le 26 juillet 1938, à Tortosa, bataille de l’Ebre, militant AVER, syndicaliste du livre CGT (19) ;

Daniel Drouillard, secrétaire départemental du POI (66) ;

Paul Miallet, FTP 232ème Cie, délégué au congrès national de la jeunesse communiste en 1946, bureau du collectif Maquis de Corrèze, syndicaliste depuis 1943 (19) ;

Georges Bordes, FTP 2347ème Cie, délégué au congrès national de la jeunesse communiste en 1946, bureau du collectif Maquis de Corrèze, (19) ;

Dimitra Manessis, résistante à Grenoble, 2eme Bureau FFI, à la Libération, secrétaire au Comité d'épuration du CDLN (Isère). 

Roger Pestourie éminent dirigeant communiste sous l’occupation, instructeur régional des JC, confondateur des forces unies des jeunesses patriotiques….



 

 

…. Il y a encore 400 noms à rajouter à cette liste…..( voir sur le site du PRCF)

Honte à ceux qui refusent à ces militants exemplaires et à leurs camarades de s’exprimer à la « Fête du TA » sous prétexte de « stalinisme ».

Honte à ceux qui couvrent ce comportement.

Que les communistes, les patriotes, les républicains ripostent en signant massivement notre pétition contre la criminalisation du communisme !

 

VIVE LE COMMUNISME !

 

PRCF 38 ET 69.

 

 

 

Rédigé par PRCF isère et rhône

Publié dans #Infos Locales

Repost 0
Commenter cet article

Tietie007 18/01/2011 23:12



Ben stalinien n'est pas une insulte, puisque vous vous revendiquez de l'héritage du géorgien ...Je ne vois pas où est le problème ...il faut avoir le courage d'assumer cet adjectif !